TrenDalis : détecter des opportunités pour répondre aux attentes des consommateurs

Services

Juillet 2016

Anticiper les changements de comportement des consommateurs, détecter les tendances émergentes pour identifier des opportunités de développement en presse, c’est tout l’objectif de l’étude TrenDalis réalisée en partenariat avec Sociovision. Un véritable outil d’aide à la décision pour orienter votre stratégie éditoriale dans un contexte complexe et changeant. Une exclusivité Presstalis.

Le succès de Flow ne doit rien au hasard : il répond aux évolutions de la société. C’est l’analyse de Rémy Oudghiri, directeur associé de Sociovision : « Envie de positif et de bienveillance, envie de légèreté et de créer soi-même : Flow est en résonance avec les attentes des Français. ».

Etre à l’affût des opportunités qui peuvent se traduire en presse

TrenDalis est l’outil d’analyse et d’anticipation des tendances sociétales et media presse. Objectif : être à l’affût des opportunités qui pourraient se traduire en presse. « Quand il y a succès en presse comme dans un autre secteur de consommation, c’est qu’on a capté la tendance qui monte dans la société » renchérit Rémy Oudghiri.

L’association de deux expertises pour croiser les données media et sociétales

TrenDalis résulte du croisement des données de consommation de la presse en vente au numéro sur le long terme (Presstalis) et des données sociétales (Sociovision).
« En lançant TrenDalis avec Sociovision, Presstalis s’associe ainsi à l’expert de l’analyse et de l’anticipation des changements de la société » précise Carole Romano, responsable du pôle Etudes et Conseil Marketing.
Sociovision propose en effet une analyse à 360° de l’évolution de la société et des Français. « Nous interrogeons les Français d’année en année, depuis 40 ans, sur leurs valeurs, leurs envies, leurs opinions, leurs aspirations, leurs frustrations. Nous dressons ainsi un diagnostic sur l’état des Français et les tendances sociétales » poursuit Rémy Oudghiri.
Presstalis apporte de son côté toute son expertise sur le marché de la vente au numéro à travers :

  • les évolutions à long terme des ventes par marché depuis 2008 ;
  • l’étude des paniers d’achat (analyse tickets de caisse) ;
  • l’étude des thématiques de couvertures surperformantes ; et
  • l’analyse des ventes presse par type de point de vente.

Une analyse approfondie avec des recommandations concrètes pour le titre

L’étude se décompose en trois parties :

Une première partie « Contexte » indique les tendances du titre et du marché afin d’évaluer les potentiels. Pour chaque marché étudié, l’analyse fait ressortir les disparités de comportement entre les titres. Quand il y a des disparités, il y a des opportunités : en adoptant un angle ou un positionnement spécifique, quelques titres ont su se démarquer. Quand il y a des homogénéité de comportement sur un marché par exemple en décroissance, le marché est alors à réinventer.

La deuxième partie est consacrée à définir le portrait type de vos acheteurs pour mieux percevoir leurs envies. Les données croisées sont :

  • l’étude paniers d’achat : s’agit-il de gros consommateurs de presse ? Quels sont leurs centres d’intérêt ? Avec quels titres le vôtre duplique-t-il ?
  • les ventes par réseau (traditionnel, enseignes presse et non presse) : le profil des acheteurs est souvent très segmentant en fonction du lieu d’achat
  • les données One (quand le titre en dispose)
  • l’analyse du socio-milieu auquel appartiennent vos acheteurs : quels sont leurs centres d’intérêt et leurs valeurs ? comment consomment-ils la presse (fréquence, support).

Enfin, la troisième partie, le cœur de l’étude, met en lumière pour chaque titre et marché, les tendances porteuses, les opportunités de développement, les créneaux à investir en fonction des centres d’intérêt des Français et des tendances de la société.

« Nous proposons à l’éditeur des recommandations pour son titre en fonction des opportunités à saisir accompagnées d’un plan d’actions très concret pour mettre en œuvre ces opportunités auprès de ses lecteurs » conclut Carole Romano.