Notre histoire

Presstalis

Les Nouvelles Messageries de Presse Parisiennes (NMPP), rebaptisées Presstalis en 2009, ont été créées par la loi du 2 avril 1947, dite « loi Bichet », révisée en 2011 et 2015.

Jusqu’en 2011, le groupe PRESSTALIS consistait en une SARL détenue à 51 % par les éditeurs et à 49 % par Hachette SA (groupe Lagardère) qui jouait le rôle d’actionnaire de référence.

Le 1er juillet 2011, le groupe Lagardère a cédé ses parts. Depuis, Presstalis est devenue une société de messagerie de droit privé travaillant pour le compte des éditeurs de presse qui sont ses clients et ses actionnaires. SAS (société par actions simplifiée) au capital de 22,3 M€, le groupe est détenu à 100% par deux coopératives d’éditeurs : l’une de quotidiens nationaux et l’autre de publications (magazines).

Les actionnaires représentés au sein du Conseil d’administration déterminent les orientations stratégiques de Presstalis. Le conseil d’administration est composé de trois administrateurs représentant la coopérative des quotidiens et de six administrateurs représentant la coopérative des magazines.

Presstalis n’est donc ni une institution, ni une administration dépendante de l’État, mais une société totalement privée qui travaille sous le contrôle et pour le compte de ses clients et actionnaires, les éditeurs de presse.

La loi Bichet au fondement des messageries de presse

La loi Bichet du 2 avril 1947 précise dans son article 1 que la diffusion de la presse imprimée est libre. Toutefois, « le groupage et la distribution de plusieurs journaux et publications périodiques ne peuvent être assurés que par des sociétés coopératives de messageries de presse » (article 2).



Cette loi, et le statut qui en découle, traduit la volonté de l’Etat de garantir une diffusion nationale, équitable et économiquement viable pour la presse écrite afin de donner aux citoyens une égalité d’accès à tous les Quotidiens et Magazines.
« L’ADN » de Presstalis trouve ainsi sa source dans la double logique politique et économique qui préside à l’esprit de la loi Bichet :

  • égalité de traitement des exemplaires
  • impartialité quant aux contenus
  • groupage des titres et péréquation des coûts

La loi instaure par ailleurs deux autorités de régulation de la filière presse :

La liberté de diffusion au service de la liberté de la presse

La liberté de la presse est très intimement liée à la liberté de diffusion instaurée par la loi Bichet.

Presstalis incarne ainsi des valeurs et des convictions fortes quant à sa responsabilité concernant la distribution de la presse.

La liberté de la presse est l’un des principes fondamentaux des systèmes démocratiques qui reposent sur la liberté d’opinion, la liberté de pensée et d’expression.

Ainsi, l’article 11 de la Déclaration française des droits de l’homme et du citoyen de 1789 dispose : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre à l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi. »

Presstalis est garante du pluralisme de la presse à travers l’impartialité de sa distribution et doit satisfaire le respect des principes de la loi Bichet imposant solidarité coopérative et respect des équilibres économiques du système collectif de distribution de la presse.

Des partenariats qui font sens au service de la liberté de la presse

Le groupe a ainsi lié des partenariats forts avec des structures associatives œuvrant pour la liberté de la presse.

Depuis plus de 20 ans, Presstalis, s’engage aux côtés de Reporters Sans Frontières pour la défense du droit de l’information dans le monde.

Les équipes du groupe assurent gracieusement, à chaque nouvelle parution, la distribution des albums « 100 photos pour la liberté de la presse » publiés par Reporters sans frontières. Une vente qui constitue la principale source de revenus de l’association et assure son indépendance dans son combat quotidien pour la liberté de la presse.

Presstalis travaille également aux côtés de Cartooning For Peace, association regroupant une centaine de dessinateurs de presse du monde entier pour promouvoir la liberté d’expression, les droits de l’homme et le dessin de presse comme langage universel. Presstalis soutient notamment les actions pédagogiques de l’association pour dénoncer les intolérances et sensibilise le public jeune aux grands problèmes de société et à la question de la liberté d’expression.

Presstalis soutient également La Maison des Journalistes, association qui accueille et accompagne des journalistes contraints de fuir leur pays pour avoir voulu pratiquer une information libre. Il s’agit d’un lieu de résidence provisoire pour ces exilés, professionnels de l’information qui leur permet de se reconstruire et de continuer leur travail de mobilisation en faveur de la liberté d’expression et de la liberté de la presse. A travers l’opération Renvoyé Spécial co-organisée depuis 2006 avec le CLEMI (Centre de Liaison de l’Enseignement et des Médias de l’Information) et financée par Presstalis, cette structure permet à des lycéens de toutes les académies de rencontrer des journalistes réfugiés en France du fait de l’oppression dont ils sont victimes dans leurs pays. Plus de 10 000 jeunes ont déjà pu participer à ces rencontres.

Enfin, Presstalis est un acteur majeur de la diffusion de la francophonie. En effet, l’export de la presse française constitue un moteur puissant de la francophonie, un vecteur essentiel de la langue française partout dans le monde.
1er exportateur de presse française, Presstalis participe ainsi de la diffusion des idées, des valeurs et opinions en œuvre dans la presse française et francophone et du dynamisme de l’environnement culturel francophone partout dans le monde.