Muriel Tallandier, éditrice de Fou de Pâtisserie, de Fou de Cuisine...

Ils font la presse

Lancer un magazine tous les ans ne lui fait pas peur. « En presse, il faut savoir se renouveler ». Jeune quadra, allure sportive et regard bienveillant, Muriel Tallandier a lancé Fou de Pâtisserie en 2013 puis Fou de Cuisine en 2015. Elle nous donne rendez-vous dans un café branché du 9ème arrondissement de Paris pour nous livrer sa vision de la presse. Une vision empreinte de son parcours personnel et professionnel.

Chef d’entreprise dans l’âme, toujours entre deux rendez-vous, (il lui arrive de répondre à une interview en Vélib !) Muriel édite aujourd’hui dix magazines. L’aboutissement d’un parcours atypique qui, après le disque et la vidéo, la ramène à la presse. Un parcours toujours guidé par la curiosité et l’envie « d’ouvrir le champs des possibles » dans un esprit à la fois pragmatique et créatif.

1989 : à 17 ans, un Bac C en poche, Muriel tente Médecine. L’aventure ne se poursuit pas : « Ce fut un mal pour un bien ! » Finalement ce sera les Arts appliquées et l’entrée dans la prestigieuse Ecole Estienne. « Cette blessure d’orgueil m’a permis d’oser m’orienter vers des voies plus artistiques ».
L’Ecole Estienne, c’est l’apprentissage du print : « Cette formation associait l’artistique à la technique avec l’enseignement de toute la chaine graphique et les débuts de la PAO. L’occasion d’exprimer mon double profil, matheux et créatif, qui a nourri toute ma carrière ».

Première immersion en 1993 dans la presse écrite : un stage chez Marie Claire, « Côté fab et maquette ».
A partir de 1994, Muriel parcours les dix années suivantes, tambour battant, chez les grands de la musique et de l’audiovisuel : Polygram, Sony Music et TF1, qui la propulsent à des postes stratégiques (responsable du Catalogue jeunesse et hors-film chez Polygram jusqu’à Directrice marketing de la Diversification chez TF1 en 2001).

« Il me manquait quelque chose : les mains dans le papier ! »

C’est sur la première chaîne privée que le retour à la presse se fait : « Il me manquait quelque chose : créer, inventer, avoir les mains dans le papier ! »
Le début d’une nouvelle carrière. « J’ai proposé à TF1 de lancer le magazine de la Star Academy : un vrai succès ! Plus de 200 000 exemplaires vendus en 15 jours ! ». Ont suivi d’autres lancements tout autant à succès : T Fou Magazine, Ushuaia Magazine, Dora Magazine. La presse pensée comme déclinaison d’émissions à succès.

Passionnée de presse avec les tripes d’un chef d’entreprise, Muriel monte sa première « boîte » en 2006 : Paper Box.
Elle lance quinze magazines en mettant à profit son expérience de l’audiovisuel et les rencontres qu’elle a pu y faire. Notamment celles des producteurs de dessins animés qu’elle décline en magazines. « Je fais de la presse comme un producteur de TV : je m’appuie sur les tendances qui émergent ou des marques à succès. Si j’en ai envie et qu’il y a quelque chose à inventer, une nouvelle proposition à faire, alors je fonce. Et je n’hésite pas à remettre à plat les process de production et les business modèles de mes titres ».

« Je préfère arrêter un titre qui s’essouffle et en relancer un autre. »

Passionnée de cuisine, « de food », Muriel lance en 2007 Cuisine by Lignac, le premier magazine d’un chef rendu célèbre par une émission TV. Un vrai succès qui dure 5 ans.
« En presse, on répond à une envie. Il faut savoir arrêter un titre qui est en fin de course et en relancer un autre plutôt que de courir après un lectorat à force de nouvelles formules qui finissent par ne plus être que de simples relooking ». Sa façon de concevoir la presse.

« Je me nourris de ma curiosité pour lancer des titres avec un leitmotiv : rendre accessible »

Mue par sa passion et son flair pour dénicher les opportunités, Muriel lance en 2013 Fou de Pâtisserie. Pas un énième magazine de cuisine : « Le premier magazine consacré entièrement à la pâtisserie avec une ligne éditoriale engagée : un titre de qualité et populaire, qui rend les recettes des grands chefs accessibles à tous ». Accessibilité : l’un des maîtres mots de Muriel. « Avec des parents enseignants… ».

« La diversification de la presse doit s’ancrer dans le réel, non le virtuel. »

A l’heure du tout numérique, Muriel reste persuadée que, sur le digital, « pour l’instant personne ne sait rien. Tant que je n’ai pas trouvé de modèle économique, je n’y vais pas. J’irai quand je saurai ce qui marche ». Toujours les pieds sur terre. Avec comme crédo : « 
Le salut de la presse doit venir d’autres formes de diversification moins destructrices de valeurs pour le titre. »
C’est ainsi qu’elle ouvre en 2016 La Boutique Fou de Pâtisserie. « La diversification doit s’ancrer dans le réel, non le virtuel. »
Et parce que décidément Muriel est une passionnée : elle conjugue vie de famille (ses mercredis après-midi sont consacrés à sa fille de 5 ans), et projets menés à l’envie comme la coproduction de spectacles pour enfants ou le consulting pour accompagner les groupes media dans leur diversification.
Sans oublier le piano et le sport « Parce qu’il faut se réserver des temps pour soi ! »

Muriel Tallandier en quelques dates

  • 1972 : naissance à Saint-Denis (93) de parents enseignants
  • 1989 : titulaire du BAC C (S)
  • 1994 : diplômée de l’Ecole Estienne, entre comme stagiaire chez Polygram
  • 1999 : intègre Sony Music comme directrice Marketing du label Vidéo
  • 2001 : arrivée chez TF1 comme directrice marketing du site e commerce TF1 Music, puis rejoint la direction de la Diversification comme directrice Marketing
  • 2006 : crée sa première société d’édition, Paper Box et lance en 2007 Cuisine by Lygnac
  • 2012 : monte sa nouvelle société, Press Maker qui édite notamment : Minidoo, P’Tit Garçon, Tchoupi, GulliDoo, Gulli, Gulli Jeux, Chica Vampiro
  • 2013 : lance Fou de Pâtisserie, mensuel à la fois haut de gamme et populaire qui propose les recettes des grands chefs
  • 2015 : lance la déclinaison Fou de Cuisine.
  • 2016 : ouvre la boutique FOU DE PATISSERIE au 45, rue Montorgueil à Paris 2, la 1ère pâtisserie proposant dans un même lieu les gâteaux des plus grands chefs pâtissiers (Pierre Hermé, Cyril Lignac, Hugo & Victor, Pierre Conticini...)

Ils font la presse