L’Indicateur de performance des mises en vente : bientôt pour vous

Logistique

Mars 2017

Après avoir été testé par quelques éditeurs pilotes, l’indicateur de performance des mises en vente vous sera très bientôt proposé. Mis en place au printemps 2016, l’IPMV répond aux attentes éditeurs en matière de reporting sur le respect des dates de mise en vente. Témoignage de Jean-Pascal Goguet-Chapuis, Lagardère, de Philippe Merrien, Mondadori France et d’Alexandre Campi, groupe Hommell.

Tout part de l’enquête de satisfaction clients lancée en 2015 auprès des éditeurs dans le cadre de la démarche qualité du groupe Presstalis. Il en ressort notamment une forte attente en matière de reporting sur le respect de la date de mise en vente. La réponse à cette demande ? L’IPMV. Autrement dit, l’indicateur de performance des mises en vente.

En 10 minutes : niveau de performance établi, écarts constatés, enquêtes lancées

Alimenté automatiquement par les bordereaux d’expédition émis à Bonneuil et la facturation diffuseurs réalisée par le dépôt, l’IPMV mesure chaque jour le taux d’exemplaires mis en vente à la date prévue en fonction du pack choisi par l’éditeur. Il est considéré comme satisfaisant quand il atteint 95%.

Comme un lanceur d’alerte, l’IPMV fait ressortir les écarts de mise en vente sur la distribution du jour pour lancer aussitôt les investigations, le tout en suivant un process quotidien :

  • 5h-8h00 : les plateformes Presstalis et autres dépôts transmettent leur reporting opérationnel sur la distribution du jour
  • 8h20 : l’IPMV tombe. Il est aussitôt transmis aux éditeurs et aux dépositaires
  • 8h30 : la conférence téléphonique interne Presstalis entre les directions opérationnelles (plateformes régionales, exploitation, transports, commercial éditeurs) permet de pointer les situations critiques dépôt par dépôt.
  • Dès 8h30, le Pôle logistique service clients enquête sur les anomalies détectées
  • Dès 10h30 : éditeurs et dépôts sont informés des solutions apportées.

« Entre 5h et 8h30 chaque matin, nous pouvons identifier les problèmes liés au respect de la date de mise en vente de la production de la nuit. Dès 8h30, les équipes Presstalis sont prêtes pour enquêter et résoudre les problèmes » explique Eric Petit, de la Direction de la Qualité et de la Performance.

Un outil partagé par tous

Automatique, l’IPMV est un outil de partage, en toute transparence, de la performance logistique de la chaine de distribution.

  • Côté éditeurs, l’IPMV propose chaque jour une synthèse de la performance des mises en vente des parutions traitées dans la nuit. Il indique également pour chaque titre et parution, dépôt par dépôt, les quantités prévues / expédiées / mises en vente et signale ainsi les anomalies et écarts.
  • Côté dépôts, l’IPMV répond également à un besoin exprimé de reporting d’activité. Il indique pour chacun des dépôts, les écarts de mise en vente par titre et parution par rapport au pack choisi par l’éditeur. Il précise par ailleurs le type d’anomalies (mise en vente en retard, en avance ou erreur de quantité).

Aujourd’hui en test auprès de quelques éditeurs et mis en place sur les plateformes Presstalis, l’IPMV va être déployé aux éditeurs et à leurs prestataires qui le souhaitent ainsi qu’à l’ensemble des dépôts à partir du 10 mars.

« En complément de l’IPMV, nos chargés de clientèle organisent un bilan logistique personnalisé 1 à 2 fois par an pour les éditeurs de leur portefeuille. A travers ce nouveau rendez-vous, nous proposons à nos éditeurs d’analyser a posteriori et en synthèse la distribution de leurs titres, pour dégager ensemble des pistes d’optimisation logistique et financière (coût de distribution). conclut Florence Chocot, directrice commerciale Editeurs.

CE QU’ILS EN PENSENT

Jean-Pascal Goguet Chapuis, Directeur Pôle Féminins Haut de Gamme - Entertainment Lagardère Active

« Un vrai pas de plus dans la transparence sur la qualité de la distribution »

« Lagardère a été le premier éditeur à tester l’IPMV. L’IPMV correspond à une réelle attente et une volonté de suivre la qualité des mises en vente. Tout son intérêt repose sur la mise en avant des anomalies et le traitement de situations de retard. C’est un vrai pas de plus dans la transparence sur la distribution.

C’est très confortable d’avoir dès 8h30 et par mail, la vision globale des mises en vente de nos titres.
C’est aussi une source d’information pour alimenter notre propre reporting interne et informer notre force terrain voire même répondre à certains diffuseurs qui nous appellent pour signaler une anomalie de mise en vente.

Une évolution ? Pour éviter toute confusion, le meilleur indicateur étant la livraison au point de vente, nous aimerions que l’outil puisse reposer sur les flux logistiques et pas seulement sur les remontées de la facturation. Ce pourrait être pertinent d’y intégrer les dévoyés. »


Alexandre Campi, directeur des ventes du Groupe Hommell

« L’IPMV va dans le sens de l’amélioration de traçabilité logistique. Un outil automatique indispensable qui nous donne une visibilité rapide sur la distribution de nos titres depuis Bonneuil jusqu’aux dépôts ! »

« Nous testons l’IPMV depuis décembre 2016. En un coup d’œil, dès 8h20, nous avons une vision d’ensemble sur les mises en vente des titres du jour et les éventuels écarts ou retards, dépôt par dépôt. Une information majeure pour les titres en pack Optimum, et depuis quelques semaines les standards ! Avec en plus l’historique des 5 derniers jours pour suivre la résolution des anomalies.

Ce que nous en faisons en interne ?
Chacun des responsables titres de mon équipe consulte l’IPMV dès sa réception, et en cas d’anomalie sur un de ses titres, contacte directement le pôle logistique service clients Presstalis pour en connaître la source et la solution à venir. Ce nouvel outil accompagne logiquement la mise en place de la nouvelle organisation entre direction commerciale et logistique pour la préparation et le suivi de notre distribution.

Une évolution souhaitée ?
Que l’IPMV soit moins macro et détaille plus l’information par dépôt, notamment sur la réalité de la facturation N3 et donc le nombre de points de vente servis en fonction de la quantité distribuée. Mais à ce stade, c’est déjà un réel pas en avant dans le partage simultané de l’information entre tous les acteurs de la chaîne et la transparence attendue par les éditeurs sur le respect des dates de mise en vente !  »


Philippe Merrien, Responsable de Service Diffusion, Mondadori Magazines France

« Un outil automatique ! C’est un bon indicateur qui nous permet de nous alerter rapidement en cas de taux de vente insuffisant sur nos hebdomadaires et d’avoir un reporting rapide les solutions apportées »

« Nous testons l’IPMV depuis 3 mois. Nous étions fervents de l’IMV (indicateur de mise en vente), mais il fallait le demander à notre responsable titre. Maintenant, nous ne courons plus après l’info.

Même si l’indicateur s’appuie toujours sur la facturation diffuseurs réalisée par le dépôt, et non sur la livraison effective du point de vente, nous avons chaque matin la vision de la mise en vente de nos titres par dépôt. Nous nous y reportons automatiquement principalement pour nos hebdomadaires car, sur ces titres, il y a un gros enjeu dans le respect des dates de mise en vente.

Avec la création du Pôle logistique service clients, nous savons que l’IPMV est suivi d’actions.
Avant, nous demandions à nos délégués terrain de nous remonter les écarts de mise en vente. Maintenant, nous disposons directement de l’information et en cas d’anomalie, nous contactons aussitôt le Pôle Logistique service clients pour qu’il investigue et nous tienne informés des résultats de l’enquête.

Un souhait ? Disposer d’un récapitulatif et d’une synthèse mensuelle du taux de mise en vente pour chaque codif avec des données réalisées jour par jour jusqu’à l’atteinte du 100%. »