Invendus : Presstalis industrialise le process de traitement et de contrôle

Logistique

Septembre 2016

A l’instar de ce que le groupe a mis en œuvre pour la logistique du flux aller, Presstalis déploie sa nouvelle organisation pour le traitement des invendus autour de trois principes : massification, industrialisation et régionalisation. Objectifs : réaliser des économies grâce à l’industrialisation du process et améliorer le taux ainsi que la qualité des contrôles.

Villeparisis : la première plafeforme invendus opérationnelle depuis janvier 2016 traite les invendus de la région Ile de France & Nord Est selon le nouveau schéma industriel mis en place. Suivront d’ici fin 2016 : Metz, Rouen, Le Mans, Limoges.

« Nous avons choisi Villeparisis comme site pilote pour tester le nouveau process car cette plateforme traitait déjà les invendus de la région Ile de France & Nord Est » explique Christian Privat, directeur de mission Invendus.

Presstalis va ainsi déployer au total 6 plateformes invendus. Pour optimiser le schéma logistique des invendus, l’emplacement de ces nouvelles plateformes a été déterminé en fonction d’une étude de localisation idéale des plateformes.

Régionaliser et massifier les volumes à traiter

Totalement mécanisées, ces plateformes sont entièrement consacrées au traitement des invendus pour pouvoir absorber un gros volume d’exemplaires à traiter.

Un nouveau process industriel pour traiter jusqu’à 460 000 exemplaires par jour

Chaque plateforme est organisée selon le même modèle avec une zone de réception, une zone de destruction équipée de bennes protégées et une zone totalement mécanisée pour le tri et le contrôle.
Sur cette dernière, des convoyeurs associés à des machines de contrôles invendus, traitent de façon automatisée un volume journalier d’invendus beaucoup plus important que ne le permettait l’ancien système.

« En industrialisant le traitement des invendus, nous multiplions par 4 la productivité à l’heure. Nous pouvons traiter par jour jusqu’à 120 000 exemplaires là où l’on n’en traitait au préalable que 30 000.
Un atout pour réduire le délai de restitution des invendus aux éditeurs qui souhaitent les récupérer ! »
précise Christian Privat.

Taux de contrôles augmenté et qualité améliorée

Parallèlement à la mécanisation, un nouveau process de contrôle est mis en place à partir de la méthode ABC…. Au démarrage de la PFI, les contrôles s’effectuent par tournée.
Puis, au fur et à mesure des contrôles, le diffuseur est classé par catégorie : de A (bordereau d’invendus bien renseigné et aucun écart constaté) à F (bordereau d’invendus mal rempli, écart de quantités, colis mal fait…).

« Nous planifions les contrôles des diffuseurs selon la qualité de leurs retours et l’historique de leurs anomalies. Le diffuseur A sera contrôlé moins souvent que le diffuseur F. Avec cette nouvelle méthode, nous améliorons considérablement la qualité des contrôles. Grâce à la mécanisation du traitement, nous portons le taux de contrôle à 40% de diffuseurs ciblés. » poursuit Christian Privat.

Une dimension « sociétale »

Les plateformes invendus sont soit gérées en propre par Presstalis, soit confiées à un partenaire. Dans ce cas-là, le groupe fait systématiquement appel à une entreprise du secteur adapté, plus spécifiquement à un Etablissement et Service d’Aide par le Travail.

« La montée en charge de la réforme industrielle invendus se poursuit à un bon rythme avec l’intégration rapide des plateformes locales Presstalis dans le nouveau process. Cette refonte de tout le schéma logistique invendus participe à la réalisation des économies attendues dans le cadre global de la réforme industrielle du groupe engagée dès 2013. » conclut Bruno Aussant, directeur logistique groupe.

Rendez-vous dans un prochain numéro de la newsletter Editeurs pour un photo reportage.