Fin du groupage pour les magazines le samedi

Logistique

Juillet 2016

Presstalis et MLP ne traiteront ni ne distribuent plus les magazines le samedi à compter du mois de juillet. Une décision commune aux messageries qui répond à la baisse des volumes et qui vise à rationaliser la distribution de la presse afin de générer des économies pour l’ensemble de la filière.

Samedi 2 juillet. C’est depuis cette date qu’il n’y a plus ni traitement, ni distribution, ni livraison de magazines dans le cadre de l’activité de groupage.

Autrement dit, l’activité de niveau 1 de Bonneuil (centre national de traitement des magazines) a complètement cessé le samedi. En revanche, son activité en tant que plateforme régionale qui dessert les plateformes locales et dépôts de la région Ile de France – Nord Est est bien maintenue.

Cette décision s’inscrit dans la continuité de ce qui avait déjà été engagé il y a un an : en juillet 2015, l’activité nationale de Bonneuil avait été réduite au seul traitement des titres TV.

« C’est parce que nos clients éditeurs nous accompagnent dans cette décision et ont pu avancer leurs livraisons au vendredi matin que nous pouvons désormais traiter les titres TV dès le vendredi après-midi. Et par conséquent arrêter toute l’activité de groupage des magazines le samedi. Une opportunité pour réaliser les économies de transports attendues dans le cadre de la rationalisation de la filière. » explique Alain Hirsch, directeur de la Supply Chain Publications Presstalis.

Grâce à l’optimisation de leur activité logistique, Presstalis et MLP gagnent en coût et en structure au profit de la filière.

Prestation dédiée

Ainsi, pour les éditeurs qui le souhaitent, Presstalis pourra assurer des prestations de traitement et de distribution nationale le samedi sur certains titres. Cela se fera alors au cas par cas et dans un cadre hors groupage, donc hors barème.

« En cas d’actualité brûlante ou de demande de prestation dédiée pour un éditeur de magazines, nous pourrons proposer des schémas dédiés, voire nous appuyer sur le schéma des Quotidiens qui reste opérationnel 7 jours sur 7 » conclut Alain Hirsch